Accueil / Espace presse / Communiqués de presse
 
Espace presse

Communiqué du 09/07/2008

09 juillet 2008 - PROLEA

Biocarburants : L’obscure étude de la Banque Mondiale

La filière Diester s’étonne du fait qu’une étude de la Banque Mondiale, non publiée à ce jour, ait fait l’objet de fuites dans le journal britannique The Guardian, la veille de la réunion du G8 et émet de sérieux doutes quant à leur fiabilité.
 
Des conclusions très surprenantes !
Les conclusions de cette mystérieuse étude rapportées par le journal The Gardian, et notamment celles consistant à rendre les biocarburants responsables de 75% de la hausse des prix alimentaires, ne peuvent faire l’objet d’une évaluation sérieuse tant que l’ensemble de l’étude ne sera pas disponible.

Néanmoins, il apparaît dès à présent que ces chiffres sont disproportionnés par rapport à l’ensemble des études publiées, y compris les plus défavorables aux biocarburants.
Par ailleurs, il est étonnant que l’article du Guardian fasse le lien entre biocarburants et spéculation financière sur les marchés à terme alors que la spéculation est liée aux investisseurs financiers à la recherche de profits immédiats suite au marasme des marchés boursiers.
 
Des résultats totalement infondés qui ne tiennent pas compte des réalités du marché
Aujourd’hui dans le monde, 10% de la production de maïs, soit 5% de la production de céréales, sont utilisés pour les biocarburants.
De même, 5% de la production mondiale d’huiles et de graisses sont utilisés pour les biocarburants, soit 8 millions de tonnes sur 160 millions.
Ces pourcentages resteront modestes (10% au maximum d’ici 2015-2020) et ne peuvent fonder les informations rapportées par le journal britannique.
Enfin, la filière des huiles et protéines végétales est très surprise par l’absence de référence aux facteurs ayant conduit à cette situation de crise alimentaire et d’augmentation des prix des matières agricoles, en dehors de la spéculation, à savoir : les mauvaises récoltes successives, l’augmentation forte de la demande en provenance des pays émergents ou encore les restrictions sur les exportations de certains pays.

A titre d’exemple, il est impossible d’expliquer la hausse du prix du riz sans se référer à ces facteurs d’explication, le riz n’étant pas utilisé pour la production de biocarburants.

En ce qui concerne les oléagineux, la production mondiale de graines a reculé de près de 4% entre 2006 et 2007, du fait des mauvaises conditions climatiques, tandis que la consommation d’huiles végétales poursuivait sa progression annuelle voisine de 4%.


Rappelons également que les prix agricoles n’ont pas cessé de diminuer en termes réels : - 60% au cours des 40 dernières années, alors que la production alimentaire brute a doublé sur la même période.
Nous assistons à une guerre des chiffres, alors que l’urgence est de réfléchir à un modèle agricole durable garantissant la sécurité alimentaire des populations et intégrant également le coût croissant de l’énergie et la lutte contre le réchauffement climatique. C’est dans ce cadre que les biocarburants représentent une solution sérieuse et immédiate.
 

Télécharger le communiqué au format word (29 Ko)

Contact :

PROLEA - Fabien Kay - Responsable relations presse - Tél : 01 40 69 49 58 - Email : f.kay@prolea.com

 

 
 
© Prolea 2009 - Tous droits réservés | Contact | Mentions légales | Crédits