Accueil / Espace presse / Communiqués de presse
 
Espace presse

Communiqué du 25/01/2006

25 janvier 2006 - Unip

Bilan des 6èmes RAP : Les raisons objectives de croire en l’avenir des protéagineux

La 6ème  Rencontre Annuelle Protéagineux, qui s'est tenue le 18 janvier dernier, a été l'occasion pour l'ensemble de la filière de dresser un bilan sur l'année passée et de tracer des perspectives pour l’avenir.

Les rotations intégrant des protéagineux sont plus performantes

Dans le choix d’un assolement, la marge brute dégagée par l'ensemble des cultures est un élément essentiel de décision. Même si conjoncturellement, le pois a montré des faiblesses dans certaines régions du fait de la sécheresse en 2005, il ne faut pas oublier que les protéagineux ont la particularité d'influer les rendements de la rotation tout en diminuant les besoins d'intrants : à titre d’exemple, la différence de rendement d’un blé après blé comparé à un blé après pois est de l’ordre de 8 quintaux par hectare ; l'économie d'intrants d'un blé ou d’un colza suivant un pois est quant à elle estimée à 20 euros par hectare, du fait de la meilleure disponibilité en azote et du moindre enherbement des parcelles.
Les protéagineux bénéficient par ailleurs d'une aide complémentaire spécifique d'un montant de 55,57 euros par hectare, maintenue dans le cadre de la nouvelle PAC.

L’élevage français a besoin des protéagineux

Premier consommateur de matières riches en protéines (MRP), le secteur des productions animales est un marché porteur pour les protéagineux. C'est un marché dépendant fortement d'importations (déficit français de 56%) dans lequel les protéagineux ont un rôle décisif à jouer. Ils sont complémentaires des tourteaux de colza d'un point de vue nutritionnel et le développement simultané de ces ressources locales permet une meilleure indépendance globale.

Développement attendu des protéagineux en France

L'UNIP et Arvalis mettent en place des programmes d'action régionale ambitieux pour developper les protéagineux. La multiplicité génétique des espèces permet à chaque producteur d'implanter la culture de protéagineux qui convient le mieux à son exploitation. Cinq pistes de développement ont été présentées par région :

  • le pois d'hiver dans le Centre et l'Est,
  • la féverole ou le lupin d'hiver dans le Centre-Ouest dans les assolements secs,
  • l'aternance pois de printemps / féverole de printemps dans les limons du Nord-Ouest,
  • l'avancement des semis de pois de printemps en hiver dans le Poitou-Charentes et dans le Sud-Ouest,
  • et la valorisation des pois, féveroles et lupins chez les polyculteurs-éleveurs de ruminants.

Les protéagineux demandés par les collecteurs

Les témoignages de coopératives et négoces ont été l'occasion de souligner leur engagement en faveurs des protéagineux et notamment de la féverole. Les débouchés pour ces productions existent aussi bien en alimentation animale qu’en alimentation humaine à l’exportation, mais demandent à la fois une bonne maîtrise de la qualité et une régularité des approvisionnements.

Du producteur jusqu'aux utilisateurs, l'intérêt des protéagineux se dessine tout au long de la filière. Culture rentable si l'on sait bien analyser son impact sur l'assolement, elle sert non seulement les débouchés en alimentation humaine et animale mais également l'environnement. Si les impacts des protéagineux sur l'effet de serre ou sur la biodiversité n'ont pas été abordés cette année, ils seront au programme de la 7ème Rencontre Annuelle Protéagineux en 2007.


Retrouvez plus d'informations sur les Protéagineux sur l'Extranet Proléa : http://extranet.prolea.com

 

Télécharger le communiqué de presse (42 Ko)

 

Contact presse :
Fabien Kay - Tél. : 01 40 69 49 58 - Email : f.kay@prolea.com

 

 

 
 
© Prolea 2009 - Tous droits réservés | Contact | Mentions légales | Crédits