Accueil / Espace presse / Communiqués de presse
 
Espace presse

Communiqué du 29/10/2007

29 octobre 2007 - Unip

Féverole : un objectif de 100 000 à 150 000 hectares pour 2008

La Journée Féverole organisée le 19 octobre dernier à Beauvais par l’UNIP en collaboration avec ARVALIS et la FNAMS a permis de réunir les principaux collecteurs de féveroles ainsi que les partenaires régionaux du développement et le monde de la semence. L’objectif de la journée a été rempli. Il s’agissait de débattre de la structuration de la jeune filière française de la féverole et de ses débouchés : le débouché de l’alimentation humaine à l’exportation vers l’Egypte mais également les débouchés de l’alimentation animale en France et à l’exportation vers l’Italie, l’Espagne et la Norvège.

Sur le plan du marché, tous les indicateurs sont au vert

La position de la France est renforcée. La hausse des taux de fret est en faveur des origines de proximité, la France étant bien placée pour l’Egypte. De plus, les stocks de féveroles sont au plus bas. Ils ne seront pas reconstitués pour 2008, du fait du recul des surfaces dans les trois pays exportateurs, auxquels s’ajoutent les faibles rendements obtenus au Royaume-Uni et prévus en Australie. Concernant les taux de change, les devises européenne, anglaise et australienne restent fortement corrélées, ce qui ne crée pas de désavantage pour l’exportation comme c’est le cas par rapport au dollar.

La féverole française est compétitive

Dès que la France a atteint des niveaux significatifs de production (récolte de 2002), elle a su se positionner sur le marché égyptien où elle occupe depuis lors la place de premier fournisseur devant le Royaume-Uni et l’Australie. Ce seuil de production a également permis de motiver les sélectionneurs. Des surfaces de 100 000 à 150 000 hectares de féverole sont nécessaires pour satisfaire les différents débouchés et permettre un investissement conséquent en création variétale.

La féverole est rentable dans les assolements

Récompense pour les agriculteurs qui ont maintenu de la féverole dans leurs assolements en 2007 : ils ont bénéficié pour la plupart d’une bonne année en terme de rendement et d’une très bonne année en terme de prix. En moyenne sur cinq ans, les analyses de marges de différents assolements montrent qu’une féverole (hypothèse d'un paiement pour 2/3 au prix de l’alimentation animale et pour 1/3 au prix de l’alimentation humaine) a toute sa place parmi les têtes d’assolement classiques. Economiquement, la féverole soutient largement la comparaison avec la plupart des autres productions dans le contexte de prix actuel.

La qualité visuelle reste un critère déterminant pour le marché égyptien

Lorsque la qualité est maîtrisée, 100% de la production peut être valorisée sur ce marché. La démarche collective d’avertissement de traitements menée par ARVALIS-UNIP avec les organismes collecteurs et les chambres d’agriculture depuis deux ans a permis d’améliorer le contrôle de la bruche. La fumigation après récolte en complément de la lutte en végétation permettrait d’aller plus loin dans cette maîtrise. Enfin il a été rappelé qu’une récolte entre 16 et 20% d’humidité et un réglage adapté des moissonneuses permettent d’éviter les grains cassés et splittés.

 

 Télécharger le communiqué (format word - 45 Ko)

 Télécharger le recueil des présentations (format pdf - 2,3 Mo)

 

Contact presse :

Fabien Kay - Email : f.kay@prolea.com

 
 
© Prolea 2009 - Tous droits réservés | Contact | Mentions légales | Crédits